LES ÉLÈVES DU LYCÉE POLJANE ONT FINALEMENT EU L’OPPORTUNITÉ DE MONTRER LEURS CAPACITÉS

     Cette année est l’année des Jeux Olympiques. Pendant l’été on a regardé les jeux Olympiques et les Jeux Para olympiques à Londres. On peut être très content et fier parce que nos sportifs étaient très efficaces. Par exemple: notre sportive Urška Žolnir a gagné une médaille d’or en judo, Primož Kozmus a gagné une médaille d’argent en jet de marteau, Luka Špik et Iztok Čop ont gagné une médaille d’argent en aviron et finalement, Rajmond Debevec a gagné une médaille de bronze en tir.

      Le lycée Poljane est connu par bonne connaissance des langues. Cette année on a décidé de réunir notre intérêt pour les langues et l’intérêt pour le sport. Mercredi, le 26 septembre – le jour européen des langues – les professeurs ont organisé les premiers Jeux Olympiques à notre école. Huit équipes de notre école y ont participé, chacune d’une autre langue. Ainsi se sont présentés les équipes de la France, de l’Italie, de l’Allemagne, de l’empire romain, de la Russie, des États-Unis, de l’Espagne et de la Grande Bretagne.

        La manifestation a commencé à neuf heures dans la cour intérieure du lycée Poljane. Ana Samobor et Nik Žibret (les élèves de la troisième année) nous ont salués et après on a entendu l’hymne slovène. Notre équipe, l’équipe française a été la première qui s’est présentée. Mon camarade de classe David Vodopivec et Eric Frančiškovič ont joué l’hymne française à la guitare électrique et au piano. C’était très original!

        Les équipes ont marché dans la cour accompagnées par leurs hymnes, portant leurs drapeaux. Dans notre équipe il y avait : Manja Dernovšek, Jaka Sotošek, Blaž Zgaga, Blaž Koprivnikar, Domen Pleško, Tilen Žagar, Anja Dolšina, Matic Žličar et Leon Pirc. Ils ont porté les shorts noirs, les T-shirts blanches, les bérets et les moustaches.  Quand la présentation d’équipes a fini, Uroš Bizilj, le professeur d’éducation physique, a expliqué les règles des Jeux Olympiques.

Les sportifs sont partis dans la salle de sport et nous sommes restés dans la cour. Au début on était tous un peu confus parce qu’on ne savait que faire, où aller. Mais après quelques minutes c’était mieux, et les jeux ont finalement commencé. Les jeux, qui étaient formés par nos professeurs d’éducation physique, ont testé le courage, la coopération et l’équilibre de nos sportifs.

         La première discipline a été la lutte. C’était la discipline la plus intéressante pour les garçons. La seconde discipline a testé la coopération des sportifs. Trois sportifs de chaque équipe ont marché ensemble avec un pair de ski sur les pieds. C’était rigolo de les regarder !

Ensuite, les professeurs ont préparés un poligon et les sportifs devaient y pousser trois balles de tailles différentes le plus vite possible. Et pour la dernière discipline, ils devaient conduire le vélo. Mais pas comme d’habitude. Ils devaient le conduire le plus lentement possible sans s’arrêter.

       Quand les jeux ont terminés, les professeurs ont accordés les prix aux vainqueurs. L’équipe de la Grande Bretagne a gagné. Les vainqueurs ont gagné aussi la couronne, comme les anciens sportifs aux Jeux Olympiques. C’était vraiment rigolo, parce que notre équipe, l’équipe française a gagné 0 points !

       Je pense que les premières Jeux Olympiques au lycée Poljane ont bien passé. C’est une idée super pour faire quelque chose de différent à l’école. C’est un événement qui nous a tous unis, qui a réveillé l’esprit sportif et de tels événements sont toujours bien acceptés.

Nataša Brand 3.F

INTERVIEW avec Domen Rapide Pleško

Quand et comment votre discipline vous a-t-elle enthousiasmée ?

Domen : Le cours avec des anneaux m’a enthousiasmé quand j’étais petit parce qu’on doit être très adroit.

Quand avez-vous commencé avec les compétitions ?

Domen : À l’école maternelle. Quand j’avais trois ans, j’ai vu ce sport pour la première fois et puis j’ai commencé avec des entraînements.

Êtes- vous content de votre résultat dans ces yeux olympiques ?

Domen : Non, parce que notre équipe a perdu tous les matches et polygones. On a fait trop d’erreurs.

Comment trouvez-vous l’organisation des yeux olympiques ?

Domen : L’organisation me plaît parce qu’il y a beaucoup de nationalités différentes et je crois que on doit avoir plus compétitions comme ça. 

Faites-vous quelque chose de particulier avant les compétitions ? Comme un rituel ?

Domen : Je dénue et lace les lacets de mes chaussures parce que je ne veux pas tomber mais juste parce que je ne suis pas superstitieux.

Quels étaient vos autres résultats ?

Domen : J’ai toujours été entre les meilleurs compétiteurs mais aujourd’hui ma forme physique n’suffisait pas.

Entre tous les lieux de compétitions quelle est votre destination préférée et pourquoi ?

Domen : Cette école est ma destination favorite parce qu’il y a l’atmosphère positive.

Restez-vous en contacte avec d’autres compétiteurs après les yeux olympiques ?

Domen : Bien sûr. Avec les Russes et les Italiens.

Avez-vous des amis entre les compétiteurs ?

Domen : Oui j’étais déjà ami avec Evgenij qui vient de Russie. On s’est rencontré en 2004 à Banja Luka quand il y avait le coupe du monde là.

Comment prenez-vous soin de la forme physique ?

Domen : Je cours toujours à l’école et quand je retourne à la maison aussi. Je mange beaucoup et toutes les choses.

Êtes-vous intéressé à d’autres carrières aussi ? Auxquelles ?

Domen : Je toujours voulais être chanteur, parce que les chanteurs ont des concerts devant beaucoup des gens. Mais je sais que c’est impossible donc je veux être l’entraîneur de cours avec des anneaux quand je serai plus âgé.

Vos entraînements sont-ils très durs ? 

Domen : Oui, ils sont très durs. Nous sommes tous totalement silencieux pendant les entraînements.  Toute l’équipe les déteste mais quand on gagne un match, nous sommes très contents.

Étiez-vous bons à l’école ?

Domen : Oui, j’étais bon mais j’étais souvent absent parce que j’avais beaucoup d’entraînements.

Avez-vous pris comme modèle un de vos ancêtres et pourquoi ?

Domen : Oui, Pierre Rapide, qui est mon oncle et la première personne qui a commencé avec ce sport.

Avez-vous quelque chose à dire aux jeunes sportifs ?

Domen : Tout ira bien.

Nejka Kotnik, 3.f

 

Les jeux paralympiques

LES JEUX PARALYMPIQUES

Les Jeux paralympiques sont un grand événement sportif international, qui réunit des athlètes handicapés physiquement ou visuellement.

Chaque quatrième année les jeux paralympiques d’été ont lieu et deux années plus tard, les jeux paralympiques d’hiver ont lieu aussi.

L’ événement habituellement commence avec le lever du drapeau du pays hôte et on joue son hymne national, la nation se présente avec la musique, la danse et les jeux.

Après la partie artistique de la cérémonie, des athlètes arrivent au stade. Ils sont classés par pays, qui se suivent par ordre alphabétique.

Finallement, les athletes, qui représentent le pays hôte, les joignent. Les discours d’ouverture suivent et la flamme paralympique est allumée.

À la fin, les porteurs de drapeaux apportent les drapeaux des pays qui ont participé.

Le drapeau paralympique est descendu, mais on lève le drapeau du pays, qui sera l’hôte des Jeux prochains.

 

L’HISTOIRE

Au commencement, des athlètes handicapés participaient aux Jeux olympiques. Des compétitions, qui étaient le commencement des jeux paralympiques, ont apparu plus tard. Dr. Ludwig Guttman a organisé un événement sportif pour les vétérans britanniques de La Seconde Guerre mondiale, en 1948, parallèlement aux Jeux Olympiques. L’objectif était de créer une compétition d’élite sportive pour les personnes handicapées, qui serait l’équivalent des Jeux Olympiques. Quatre ans plus tard le mouvement sportif international a commencé.

LES SPORTS DES JEUX PARALYMPIQUES

Le programme annuel des Jeux paralympiques compte généralement autour de 20 sports paralympiques. Cette année les sports suivants  ont eu lieu:

athlétisme, cyclisme, tennis de table, volley-ball en fauteuil roulant, natation, tir à l’arc, équitation, football à 5, football à 7, basket-ball en fauteuil roulant, escrime, judo, voile, tennis, aviron, boccia, goal-ball, haltérophilie et rugby en fauteuil roulant.

Des athlètes aux déficients visuels participent au football à 5 dans un cour. Les joueurs ont les yeux bandés pour raison de “fair-play”, tandis que les gardiens de but voient normalement. Leur tâche est de défendre le but et de diriger les athletes.

 

Le sport joué uniquement par des aveugles et par des athlètes aux handicapés visuels est le judo, ce qui est aussi le seul sport martial aux Jeux paralympiques. Le sport pour les athlètes atteints de paralysie cérébrale est le footbal à 7.

Dans d’autres sports les athlètes handicapés sont divisés en catégories, de sorte que les capacités physiques ou mentales des concurrents dans une catégorie particulière sont le plus comparables possible.
Les catégories sont : amputés, aveugles, infirmes moteurs, cérébraux ou en fauteuil roulant, ou tout autre handicap physique.

Habituellement, les sports paralympiques d’hiver sont : ski alpin, hockey sur lurge, ski nordique (ski de fond et biathlon) et curling.

 LOGO

 

 

 

 

Les jeux paralympiques ont un logo. Il est composé de trois motifs d’origine coréenne, ressemblant à des virgules. Un des symboles est vert, le second est rouge et le dernier bleu, ces couleurs étant les plus courantes sur les drapeaux. La devise paralympique est «L’esprit, le corps, l’âme».

Nuša Willenpart, 3. A

INTERVIEW avec Manja Dernovšek, une sportive aux Jeux Olympiques du lycée Poljane

1. Dans quel sport avez-vous participé?

Moi, j’ai participé à la course entre les obstacles.

2. Combien de temps vous prépariez-vous pour votre présentation?

Pour cette présentation aux Jeux Olympiques 2012 j’ai commencéà me preparer il y a quatre années, après lesJeux Olympiques 2008. J’ai désiré atteindre un niveau supérieur dans ma carrière et je suis contentede ma présentation dans cette compétition, parce que j’ai couru mieux qu’en 2008.

3. Qui est votre entraîneur et d’autres de l’équipe ?

Mon entraîneuse est Nataša Nakrst, mais ma famille et mes amis sont importants aussi, parce qu’ils me supportent beaucoup.

4. Est votre entraînement difficile ?

Oui, parfois je suis très fatiguée et sans énergie,mais puisquemon désir est très fort, je peux faire cet effort.

5. Comment réussissez-vous à tout faire ?

Je m’entraîne chaque jour et je vais aussià l’école et pour cette raison je ne dors pas beaucoup.  J’ai  peu de temps libre, mais quand je n’ai pas d’obligations, je adore sortir avec mes amis.

6. Êtes-vous contente de vos résultats ?

Oui, je suis contente, mais je sais que je peux courir encore un peu plus vite.

7. Êtes vous contente de l’organisation de la compétition ?

Non. L’organisation de la compétition a été très mauvaise.

8. Combien de temps pratiquez-vous ce sport ?

J’ai commencé avec mes entraînements à 5 ans.

9. Quels sont vos loisirs ?

J’aime beaucoup lire, sortir avec mes amis et j’adore me promener.

10. Dans votre temps libre pratiquez-vous un autre sport ?

Oui, j’aime danser.

11. Pourquoi courez-vous ?

Je cours parce que j’ai beaucoup d’énergie et quand je fais du sport, je me sens très bien.

12. Avez-vous un modèle qui vous inspire ?

Oui. Jolanda Čeplak est une sportive que j’admire beaucoup.

13. Combien de fois par jour avez-vous l’entraînement ?

J’ai l’entraînement chaque jour deux fois, le matin et l’après-midi.

14. Mangez-vous bien ?

Oui. Je mange beaucoup de protéines,  de vitamines et je bois beacoup d’eau.

15.Avez-vous un porte bonheur ?

Oui, bien sûr. Ma grand-mère m’a donné les plus belles boucles d’oreille en forme de cochon.

16. Est ce sport dangereux ?

Non, ce sport n’est pas dangereux, mais il est très exigeant. Je ai eu une grande blessure de genou et je ne pouvais pas courir et entraîner pendant six mois.

17. Avez-vous un équipement spécial ?

Non, l’équipement n’est pas très spécial. Si vous voulez courir, il faut que vous ayezun T-shirt, des shorts et des baskets.

18. Est ce sport cher ?

Non, ce sport n’est pas cher. Vous  pouvez courir n’importe où. La plus importante est la volonté.

ZALA ŠEME, 3.F

DIEU, LIBÉREZ L’OISEAU DE POLJANE!

Cette année nous avons eu les premiers Jeux Olympiques au lycée Poljane. Les pays qui participaient ont été les pays dont les langues les Polyaniens parlent, c’est-à-dire la France, l’Italie, l’Empire romain, l’Allemagne, l’Espagne, la Russie, les États-Unis et le Royaume-Uni. La réception a commencé avec Zdravljica, l’hymne slovène. Bien que la plupart du public soit des adolescents de bonne humeur, tout le monde s’est tu et s’est levé quand Meta Skubic jouait du violoncelle. Pendant le grand défilé des athlètes nous pouvions écouter aussi La Marseillaise (le piano et la guitare), Innodi Mameli (la flûte traversière et le violon), O Fortuna (le violoncelle et le chant), Deutschland lied  (le violoncelle), Marcha Real (le violon, la guitare et le tambour),Gosudarstvenny Gimn Rossiyskoy Federatsii (la viole), The Star-Spangled Banner (le violoncelle) et God Save the Queen (le basson). Même si le centre d’attention étaient les Jeux, les supporteurs aussi bien que les participants ont accordé beaucoup d’attention à la musique qu’ils ont beaucoup aimée.

Surtout les Espagnols et les Français ont fait la plus grande impression avec leurs entrées. Peut-être c’est parce que ces équipes ont apporté le plus d’énergie. Peut-être c’est un hasard, mais, leurs hymnes étaient les seuls qui étaient accompagnés par la guitare électrique. Elle couvrait le bruit des spectateurs et souvent aussi d’autres instruments. Beaucoup d’élèves ont expliqué qu’ils n’avaient pas bien entendu les hymnes sauf ces deux.

Après la réception, le feu Olympique et les applaudissements, les Jeux ont commencé. Mais, de l’autre côté du mur, dans la cour, les musiciens faisaient un boeuf. Nous pouvions entendre la musique classique, le pop, le rock et aussi un peu de métal. Quelques spectateurs rejoignaient le groupe heureux des artistes présents.

Un grand nombre de musiciens du lycée Poljane jouent plusieurs instruments de puis déjà beaucoup d’années. La majorité parle l’espagnol, puis le français et enfin, le russe. C’était aussi l’ordre des favoris pour la victoire. L’appertenance aux langues qu’ils parlent et à leurs pays deployait parmi les étudiants. La plupart se n’intéresse pas beaucoup aux Jeux Olymipiques, mais il y en a ceux qui suivaient les Jeux Olympiques d’été à Londres. Tous les étudiants, les sportifs aussi bien que les artistes reconnaissaient la signification de l’hymne national pour les compétitions sportives. La plus fréquente réponse était: »Parce que les hymnes représentent les Pays.«

Malgré la première impression, les représentants du Royaume-Uni ont écouté encore une fois leur hymne à la fin. Tisa Neža Herlec l’a joué au basson. C’était la deuxième fois quand la foule était silencieuse. Les vainqueurs ont reçu un grand biscuit. Et quand ils écoutaient le basson et mangeaient le biscuit, on voyait qu’ils étaient fiers.

Mija Gabrijelčič, 3.A