INTERVIEW avec Manja Dernovšek, une sportive aux Jeux Olympiques du lycée Poljane

1. Dans quel sport avez-vous participé?

Moi, j’ai participé à la course entre les obstacles.

2. Combien de temps vous prépariez-vous pour votre présentation?

Pour cette présentation aux Jeux Olympiques 2012 j’ai commencéà me preparer il y a quatre années, après lesJeux Olympiques 2008. J’ai désiré atteindre un niveau supérieur dans ma carrière et je suis contentede ma présentation dans cette compétition, parce que j’ai couru mieux qu’en 2008.

3. Qui est votre entraîneur et d’autres de l’équipe ?

Mon entraîneuse est Nataša Nakrst, mais ma famille et mes amis sont importants aussi, parce qu’ils me supportent beaucoup.

4. Est votre entraînement difficile ?

Oui, parfois je suis très fatiguée et sans énergie,mais puisquemon désir est très fort, je peux faire cet effort.

5. Comment réussissez-vous à tout faire ?

Je m’entraîne chaque jour et je vais aussià l’école et pour cette raison je ne dors pas beaucoup.  J’ai  peu de temps libre, mais quand je n’ai pas d’obligations, je adore sortir avec mes amis.

6. Êtes-vous contente de vos résultats ?

Oui, je suis contente, mais je sais que je peux courir encore un peu plus vite.

7. Êtes vous contente de l’organisation de la compétition ?

Non. L’organisation de la compétition a été très mauvaise.

8. Combien de temps pratiquez-vous ce sport ?

J’ai commencé avec mes entraînements à 5 ans.

9. Quels sont vos loisirs ?

J’aime beaucoup lire, sortir avec mes amis et j’adore me promener.

10. Dans votre temps libre pratiquez-vous un autre sport ?

Oui, j’aime danser.

11. Pourquoi courez-vous ?

Je cours parce que j’ai beaucoup d’énergie et quand je fais du sport, je me sens très bien.

12. Avez-vous un modèle qui vous inspire ?

Oui. Jolanda Čeplak est une sportive que j’admire beaucoup.

13. Combien de fois par jour avez-vous l’entraînement ?

J’ai l’entraînement chaque jour deux fois, le matin et l’après-midi.

14. Mangez-vous bien ?

Oui. Je mange beaucoup de protéines,  de vitamines et je bois beacoup d’eau.

15.Avez-vous un porte bonheur ?

Oui, bien sûr. Ma grand-mère m’a donné les plus belles boucles d’oreille en forme de cochon.

16. Est ce sport dangereux ?

Non, ce sport n’est pas dangereux, mais il est très exigeant. Je ai eu une grande blessure de genou et je ne pouvais pas courir et entraîner pendant six mois.

17. Avez-vous un équipement spécial ?

Non, l’équipement n’est pas très spécial. Si vous voulez courir, il faut que vous ayezun T-shirt, des shorts et des baskets.

18. Est ce sport cher ?

Non, ce sport n’est pas cher. Vous  pouvez courir n’importe où. La plus importante est la volonté.

ZALA ŠEME, 3.F

DIEU, LIBÉREZ L’OISEAU DE POLJANE!

Cette année nous avons eu les premiers Jeux Olympiques au lycée Poljane. Les pays qui participaient ont été les pays dont les langues les Polyaniens parlent, c’est-à-dire la France, l’Italie, l’Empire romain, l’Allemagne, l’Espagne, la Russie, les États-Unis et le Royaume-Uni. La réception a commencé avec Zdravljica, l’hymne slovène. Bien que la plupart du public soit des adolescents de bonne humeur, tout le monde s’est tu et s’est levé quand Meta Skubic jouait du violoncelle. Pendant le grand défilé des athlètes nous pouvions écouter aussi La Marseillaise (le piano et la guitare), Innodi Mameli (la flûte traversière et le violon), O Fortuna (le violoncelle et le chant), Deutschland lied  (le violoncelle), Marcha Real (le violon, la guitare et le tambour),Gosudarstvenny Gimn Rossiyskoy Federatsii (la viole), The Star-Spangled Banner (le violoncelle) et God Save the Queen (le basson). Même si le centre d’attention étaient les Jeux, les supporteurs aussi bien que les participants ont accordé beaucoup d’attention à la musique qu’ils ont beaucoup aimée.

Surtout les Espagnols et les Français ont fait la plus grande impression avec leurs entrées. Peut-être c’est parce que ces équipes ont apporté le plus d’énergie. Peut-être c’est un hasard, mais, leurs hymnes étaient les seuls qui étaient accompagnés par la guitare électrique. Elle couvrait le bruit des spectateurs et souvent aussi d’autres instruments. Beaucoup d’élèves ont expliqué qu’ils n’avaient pas bien entendu les hymnes sauf ces deux.

Après la réception, le feu Olympique et les applaudissements, les Jeux ont commencé. Mais, de l’autre côté du mur, dans la cour, les musiciens faisaient un boeuf. Nous pouvions entendre la musique classique, le pop, le rock et aussi un peu de métal. Quelques spectateurs rejoignaient le groupe heureux des artistes présents.

Un grand nombre de musiciens du lycée Poljane jouent plusieurs instruments de puis déjà beaucoup d’années. La majorité parle l’espagnol, puis le français et enfin, le russe. C’était aussi l’ordre des favoris pour la victoire. L’appertenance aux langues qu’ils parlent et à leurs pays deployait parmi les étudiants. La plupart se n’intéresse pas beaucoup aux Jeux Olymipiques, mais il y en a ceux qui suivaient les Jeux Olympiques d’été à Londres. Tous les étudiants, les sportifs aussi bien que les artistes reconnaissaient la signification de l’hymne national pour les compétitions sportives. La plus fréquente réponse était: »Parce que les hymnes représentent les Pays.«

Malgré la première impression, les représentants du Royaume-Uni ont écouté encore une fois leur hymne à la fin. Tisa Neža Herlec l’a joué au basson. C’était la deuxième fois quand la foule était silencieuse. Les vainqueurs ont reçu un grand biscuit. Et quand ils écoutaient le basson et mangeaient le biscuit, on voyait qu’ils étaient fiers.

Mija Gabrijelčič, 3.A